Symptômes et antécédents

Sam est mon premier enfant et comme toutes les mères, je veux être la meilleure pour lui. Ce sont de ses pleurs incessants dont j'ai le plus souffert et il pleurait énormément, toute la journée. Il avait aussi des gaz en permanence. Le médecin a dit qu'il avait simplement mal au ventre et que ça passerait tout seul. Mais lorsqu'il a eu une éruption de petits boutons rouges sur le visage, je suis retournée voir mon médecin. Comme je l'allaitais, il m'a conseillée d'arrêter de manger certains légumes, les haricots, et des produits laitiers. En vain. A 7 semaines, Sam ne dormait jamais plus de trois heures d'affilée, ses petites fesses étaient toutes rouges et il pleurait à vous fendre le cœur. Et quand il ne pleurait pas, il était agité. Le sein, le biberon, les bras, le lit, des massages, des promenades en landau... Plus rien ne pouvait le consoler. 

Prise en charge

Je suis allée me renseigner sur Internet et suis retournée chez le médecin. Il m'a prescrit une alimentation sans lactose et des médicaments contre le reflux. J'avais le sentiment que rien ne lui faisait du bien. Que c'était inutile. Pire encore : je ne remarquais en fait aucun changement. Peut-être qu'il ne régurgitait plus mais Sam tournait toujours la tête quand je lui donnais le biberon ; il prenait à peine la moitié de son lait et gaspillait l'autre moitié. Après le biberon, il se recroquevillait parfois un peu, en gémissant. Il avait des diarrhées, des éruptions cutanées, ne voulait pas manger… rien n'avait changé.

Après une nouvelle nuit blanche passée à consoler mon bébé en pleurs pendant plus de huit heures, je suis retournée chez mon médecin à huit heures et demie du matin. Il m'a alors prescrit un hydrolysat poussé de protéines, une formule pour les enfants allergiques aux protéines du lait de vache.

Résultats

Il s'est calmé dès le premier jour, et s'endormait après le biberon. L'éruption a disparu. La diarrhée aussi. Il mangeait bien. Et au bout d'une semaine, il a esquissé un sourire : celui que j'attendais depuis si longtemps. Cela peut sembler bizarre, mais ce n'était plus le même, c'était un enfant normal, gai, mon enfant. Comme si je devais apprendre à le connaître à nouveau. Ce que j'ai fait avec tout l'amour d'une maman ! On aurait dit que ce n'était plus le même.  "Si seulement j'avais su plus tôt", c'est ce que je me dis souvent. J'aurais pu épargner bien des larmes à Sam durant les trois premiers mois de sa vie ; les siennes, mais aussi les miennes !